Cette mesure qui pourrait faire baisser les complémentaires santé11/03/2019  



S’il est adopté, ce texte de loi alignera donc les complémentaires santé sur les contrats habitations et auto, qui peuvent quant à eux déjà être résiliés à tout moment, dès la fin de la première année de souscription, selon les dispositions de la loi Hamon de 2014. “L’objectif est d’abord de mettre en concurrence les complémentaires afin de rendre leurs offres plus attractives, précise Dominique Da Silva. Cela permettra de changer facilement d’organisme lorsqu’un citoyen estimera que les tarifs ne sont pas adaptés à ses garanties.

L’exposé des motifs de la mesure relève une augmentation des tarifs des assurances santé de 21 % depuis 2010. “Environ 20 % de la facture d’une complémentaire est constituée des frais de gestion. Ils s’élèvent à environ 13 % seulement en Allemagne”. De leur côté, les complémentaires assurent justement qu’une telle mesure ferait mécaniquement grimper les frais de gestions, du fait de la multiplication des dossiers de résiliation. Avec des répercussions partielles ou totales sur les tarifs des assurés.


 Autres articles sur le même sujet :
Les contrats collectifs dopent les complémentaires santé et prévoyance

En 2016, le marché de la complémentaire santé et de la prévoyance a été porté par les contrats collectifs.

Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

La généralisation du tiers payant se normalise

Les complémentaires santé et les opérateurs de tiers payant proposent un socle de services autour d’une norme commune.

Arbitrage sur la prise en charge des soins dentaires

Marisol Touraine approuve les propositions de l'arbitrage mettant en œuvre de nouveaux tarifs et plafonds relatifs aux soins dentaires.

Prévoyance : les entreprises restent libres

Le choix d'une prévoyance complémentaire collective reste libre pour les entreprises.

Au bureau on peut papoter mais pas vapoter !

L'interdiction de vapoter au travail entrera en vigueur le 1er octobre 2017.