Le site Best of des erreurs fiscales04/03/2019  



Le Parlement a adopté en 2018 le projet de loi instaurant un « droit à l'erreur », censé permettre aux citoyens et aux entreprises d'éviter des sanctions de l'administration au premier manquement. Première mesure concrète, le gouvernement lancera « au printemps » un site internet, baptisé « www.oups.gouv.fr », dressant la liste des erreurs fréquemment commises par les citoyens auprès des administrations. « Le site de chaque administration sera aussi doté d'un onglet oups, qui recensera les erreurs classiques commises lorsqu'on remplit sa déclaration d'impôt, aux douanes, aux Urssaf… », ajoute le ministre Darmanin dans un entretien au Figaro. En parallèle, un guichet unique de régularisation et de réclamation des erreurs commises sera ouvert dans chaque administration, tandis que sera généralisée la détection automatique « proactive » des erreurs, poursuit M. Darmanin.


 Autres articles sur le même sujet :
Les services entre particuliers sont-ils imposables ?

En principe, les revenus issus de services rendus entre particuliers, notamment mis en relation par une plate-forme collaborative sur Internet, sont imposables. Cependant, l'administration fiscale admet que les revenus tirés d'une activité correspondant à un partage de frais sont exonérés d'impôt.

Un site pour revitaliser les centres-villes

Le gouvernement lance un site pour coordonner les actions en faveur de la revitalisation des centres villes.

Les avis d'imposition sont en cours de distribution

L'administration fiscale vient de communiquer le calendrier de l'envoi des avis d'imposition sur le revenu.

Consultation sur la réforme de l’ISF

Les commentaires de l'administration fiscale sur la réforme de la réduction d'ISF pour investissements au capital de PME font l'objet d'une consultation publique jusqu'au 31 août 2016.

Ouverture du service de correction des impôts en ligne

L'administration permet aux contribuables ayant télédéclaré leurs revenus de rectifier en ligne leur déclaration.

Salaire brut en hausse, mais pas avant 2018

Le gouvernement annonce une baisse des cotisations salariales dès 2018.