Inondations : Le coût des sinistres29/10/2018  



Selon la Fédération française des assurances (FFA), suite aux inondations meurtrières et dévastatrices qui ont touché le département de l’Aude et les départements limitrophes, les assureurs ont déjà enregistré près de 16 000 déclarations de sinistres pour un coût final des dommages assurés estimé à 200 millions d’euros. A titre de comparaison, les inondations et les orages qui ont touché, entre le 25 mai et le 14 juin, une grande partie de la France avaient coûté quatre cent trente millions d’euros pour les 214 000 sinistres.


 Autres articles sur le même sujet :
Plan d’Epargne Retraite Entreprises : le boom continu !

En 2016, les cotisations des Plans d’Epargne Retraite Entreprises sont en hausse de 6 % et atteignent 2,4 milliards d’euros, dont 163 millions d’euros de versements volontaires (+11 %).

Assurances : hausses en vue

Une étude de l’Association française de l ‘assurance apporte un éclairage sur le coût croissant que représenteront les aléas naturels en France au cours des 25 prochaines années.

Les toitures végétalisées mal définies

La toiture végétalisée est une source de difficultés compte tenu du statut juridique que lui donne la Cour de cassation

Suis-je assuré contre la tempête ?

Selon la FSA (fédération des sociétés d’assurance), votre contrat habitation contient obligatoirement une garantie tempête qui couvre tous les dommages causés par le vent (chute d'arbre, toit endommagé ou arraché, mobilier détérioré par la pluie suite à un dommage de toiture, etc.).

Aides financières pour les victimes collatérales des attentats

Certains commerçants situés dans le proche voisinage des attentats qui ont eu lieu à Paris et à Saint Denis, le 13 novembre 2015, ont été contraints de fermer leurs établissements durant les quelques jours qui ont suivi ces terribles événements.

Assurance emprunteur : gare aux sports à risque !

Un décret publié dimanche au Journal officiel précise les conditions dans lesquelles un assureur peut résilier une assurance emprunteur pour cause d'aggravation du risque résultant d'un changement de comportement volontaire de l'assuré.