Mutuelles : Pourquoi les tarifs risquent de flamber22/05/2018  



“Le projet de reste à charge zéro aura inéluctablement un impact financier sur les contrats souscrits par les entreprises. (...) Quelle que soit la solution retenue, la couverture du reste à charge actuel ne peut s’imaginer que par la seule négociation tarifaire avec les professionnels de santé”, a expliqué le cabinet de conseil à Capital. Au total, le “reste à charge zéro” pourrait renchérir les cotisations des contrats d’entrée de gamme de 5,6 à 8,9 %, d’après Mercer. Le poste des soins dentaires serait le principal facteur de hausse (entre +3 et +5 %), suivi de l’optique (entre +1,9 et +3,2 %) et des audioprothèses (+0,7 %). Les contrats haut de gamme risquent, eux, de voir leurs tarifs grimper de 1,6 %.


 Autres articles sur le même sujet :
Prévoyance : les entreprises restent libres

Le choix d'une prévoyance complémentaire collective reste libre pour les entreprises.

Le délai de carence dans la fonction publique était-il efficace ?

Le jour de carence dans la fonction publique de l’État à surtout allonger les absences.

Sport sur ordonnance

Depuis le 1er mars 2017, les médecins généralistes peuvent prescrire une activité physique à leurs patients.

Mutuelle d'entreprise obligatoire : quid des anciens salariés ?

Le 1er juillet prochain, l’encadrement progressif des tarifs des contrats d'assurance complémentaire santé entrera en vigueur pour les anciens salariés qui souhaitent conserver leur mutuelle d'entreprise.

Objectif 10 000 pas par jour

3 Français sur 4 font moins de 10 000 pas par jour selon une étude d'Attitude Prévention.

Le tiers payant généralisé est reporté

Les députés ont adopté un amendement du gouvernement au projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 qui supprime la mise en œuvre du tiers payant généralisé à tous les assurés à compter du 30 novembre 2017.