Salaires exonérés des apprentis : nouvelles règles fiscales30/01/2018  



Les salaires perçus par les apprentis munis d'un contrat d'apprentissage sont exonérés d'impôt sur le revenu dans une limite égale au montant du SMIC annuel. L’administration fiscale indique que la limite d'exonération n'a pas à être proratisée en fonction de la durée d'apprentissage. Par conséquent, si la durée du contrat est inférieure à 12 mois ou si l'apprenti commence ou finit son contrat au cours de l'année, la limite d'exonération demeure fixée au montant du SMIC annuel (soit 17 763 € pour l'imposition des revenus de 2017, 17 982 € pour l'imposition des revenus de de 2018). Il est précisé que la correction vaut pour l'imposition des revenus de 2017 et pour les litiges en cours ou à naître. Le cas échéant, les contribuables lésés peuvent donc formuler une réclamation dans les délais légaux.


 Autres articles sur le même sujet :
Fin de l'exonération de la contribution patronale d'assurance pour les jeunes

La conclusion d'un CDI avec un jeune de moins de 26 ans n’ouvre plus droit à une exonération de la cotisation patronale d'assurance chômage.

Plus-values immobilières, les règles changent

Les députés ont voté la suppression d'un régime d'exonération en matière de plus-values immobilières.

Le système du quotient s’applique aux rachats des contrats d’assurance-vie

Les revenus de capitaux mobiliers perçus lors du dénouement de contrats d’assurance-vie sont éligibles au système du quotient pour le calcul de l’impôt sur le revenu.

Quelles primes peuvent être assimilées à des compléments de salaire ?

Selon la Cour de Cassation une prime de panier et une indemnité de transport, même forfaitaires ne sont pas des compléments de salaire.

Réductions d’impôts : Qui peut vraiment en profiter ?

L'allègement d'impôt prévu en faveur des contribuables modestes n'est pas applicable aux non-résidents. Ils devront rembourser l’allégement trop perçu.

Retour à la case départ pour le prélèvement à la source ?

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, a précisé que le prélèvement à la source “ne se fera pas” s'il se révèle être une “source de complexité pour les entreprises”.