Rénovation immobilière : les travaux d’amateurs sont décotés22/01/2018  



A l’occasion d’un procès concernant l’évaluation de la valeur de travaux immobiliers, la Cour de cassation a confirmé que les mêmes travaux, faits par un professionnel ou par un amateur, ne pouvaient pas être de valeur équivalente. En l’espèce, l’acquéreur d'un local avait fait des travaux avant même de signer l'acte notarié de vente. Mais celle-ci ne s'était finalement pas réalisée. Il réclame donc au propriétaire de lui payer les dits travaux. La Cour de cassation a rappelé en mai dernier qu'en autorisant un acquéreur éventuel à faire des travaux dans l'immeuble qu'il doit acheter, le vendeur s'obligeait à l'indemniser si la vente ne se réalisait pas. Le propriétaire et un expert étaient d'accord, ces travaux avaient une valeur de 7.000 euros. Mais l'expert soulignait que quelques défauts révélaient un travail d'amateur.

La Cour de cassation a jugé que la valeur fixée par l'expert est celle d'un travail de professionnel qui aurait été irréprochable et, devant un travail d'amateur, même s'il rend le même service, le juge doit appliquer une décote pour fixer la somme à payer.


 Autres articles sur le même sujet :
Les toitures végétalisées mal définies

La toiture végétalisée est une source de difficultés compte tenu du statut juridique que lui donne la Cour de cassation

Les économies d’énergie poussent les Français à rénover

40% des ménages français déclarent avoir l'intention de faire des travaux de rénovation en 2017.

Logement locatif : Attention à ne pas devenir un « Pro »

L'acquisition de plusieurs logements locatifs fait perdre la qualité de "consommateur" dans les relations avec la banque, d'après la Cour de cassation.

Indivision, qui paye les taxes ?

La Cour de cassation vient de confirmer que la taxe foncière due pour un immeuble indivis est une charge de l'indivision.

Faut-il un permis pour reconstruire à l'identique un bâtiment ?

Ce n'est pas parce que, en principe, la loi autorise la reconstruction d'un bâtiment à l'identique dans les dix ans suivant "la destruction ou la démolition", qu'il ne faut pas obtenir un permis de construire, observe la Cour de cassation.

Article test avec toutes les catégories

article test avec toutes les catégories